The Digital Agenda Intergroup receiving the signaturesThe Digital Agenda Intergroup receiving the signatures

Les éditeurs veulent contrôler la lecture et le partage des news. L’Union Européenne ne doit pas céder !
Tweet this!

La pression des éditeurs s´intensifie de plus en plus pour contrôler la façon dont nous lisons la presse sur internet. Cela fait des mois que le commissaire numérique Günther Oettinger rumine la question de leur accorder un nouveau type de droit voisin du droit d’auteur, concernant les articles de presse. Cette nouvelle réglementation menace cependant l’une des libertés fondamentales du web : la liberté de créer un lien d’un contenu vers un autre.


Lorsque la Commission a, l’hiver dernier, organisé une concertation sur la façon de réguler (ou non) les plateformes internet, 10.599 personnes ont profité de l’occasion pour exprimer leur mécontentement vis–à–vis cette proposition.

Et elles ne sont pas les seules à protester. Au même moment, je rassemblais une coalition de plus de 80 Membres du Parlement Européen pour dénoncer ce type de proposition, plus connue sous les noms de «droits voisins» ou «droit d’auteur accessoire», dans une lettre ouverte.

Hier, la campagne SaveTheLink, qui a rassemblé les commentaires du public, a apporté ces 10.599 signatures au Parlement Européen et les a présentées à mes collègues de l’Intergroupe Agenda Digital et moi–même.

La bonne nouvelle : Ils ont été entendus. Notre opposition fût si forte que la Commission Européenne ne pouvait plus ignorer la controverse sur ce sujet.

La moins bonne nouvelle : Au lieu de retirer complètement la proposition, la Commission a décidé d’effectuer une dernière consultation publique afin de récolter plus d’opinions avant de statuer définitivement sur le sort du projet. Et croyez–moi que les éditeurs sont à pied d’œuvre pour convaincre la Commission du bien fondé de ces droits voisins.

Nous avons donc besoin de votre voix. Vous pouvez nous aider à lutter contre l’idée de nouveaux droits voisins du droit d’auteur pour les éditeurs et à l’enterrer une fois pour toute. Disons–le à l’Union Européenne : Nous rejetons toute nouvelle forme de restriction à notre liberté de relier les contenus en ligne et de les partager!

Dites-le à l’Union Européenne maintenant !

 

Les liens nous libèrent, ne les enchainez pas !
Tweet this!

Il vous faudra braver quelques lignes de jargon juridique, mais cela peut se faire en 10 minutes. Pour vous aider à démarrer, les quatre premières réponses sont probablement : oui, [choisissez votre rôle], non applicable, et non applicable. Le site vous aidera avec le reste.

Pour plus d’information, vous pouvez vous rendre sur l’article de mon blog portant sur cette consultation.
Ou regarder cette vidéo créé par Copyright4Creativity :

Une fois que vous aurez apporté votre contribution… parlez-en autour de vous :

J’ai dis à l’Union Européenne : laissez les liens libres ! Tweet this!

Dans les limites permises par la loi, l'auteur a levé tout droit d'auteur et droits voisins sur ce travail.

My name is Julia, I'm the Pirate in the European Parliament.

I'm fighting to make copyright in the EU unified, progressive and fit for the future. Will you join me?

Comments closed.